Change Onlus

Centre Médico-Chirurgical Saint Paul: l’histoire

Centre Sanitaire

 

Début des activités: 2011
Type de projet: socio-sanitaire.
Lieu: Ampefy, district d'Itasy, Madagascar.
Bénéficiaires: 45.000 personnes.
Organismes de cofinancement: Mediafriends Onlus (« Fabbrica del Sorriso », édition 2010)


Résumé du projet

 

PHASE 1: construction


Dans le quartier d’Andasibe, à Ampefy, dans le district d'Itasy, Change Onlus a déjà créé un petit dispensaire à côté de l’école locale. Le besoin a été identifié de créer un véritable centre sanitaire avec beaucoup de spécialités médicales, accessible à toute la population du district.
Les travaux de construction du Centre ont débuté en février 2011 grâce au soutien de Mediafriends Onlus. Grâce également au financement de la fondation suisse Adiuvare et à la contribution de supporters privés, le Centre a été inauguré le 25 avril 2014 sous le nom de "Centre Médico-Chirurgical Saint Paul" ; il était tout de suite opérationnel avec des interventions sanitaires et la formation du personnel local.

 

L'établissement était équipé d'un laboratoire d'analyses, de plusieurs cliniques pour les soins dentaires, ophtalmiques, pédiatriques, néonatals, gynécologiques et obstétriques.


En 2015, le service des urgences est devenu opérationnel et au même temps que le service de radiologie. Au sein du Centre, il avait été prévu la construction d'un Centre Nutritionnel pour le traitement des formes aiguës et chroniques de malnutrition et d'une salle pour des réunions périodiques d'information et de vulgarisation destinées à la population locale.


A côté du Centre Sanitaire, l’aménagement d'un laboratoire d'optique pour la fabrication de lunettes avait commencé avec la présence de spécialistes qui travailleront sur la formation professionnelle du personnel local.

 


PHASE 2: interventions médico-sanitaires

 

Au même titre que le dispensaire, des missions sont périodiquement organisées par des médecins bénévoles, qui effectuent des visites spécialisées et diagnostiques. La durabilité de la structure est garantie par le paiement symbolique demandé aux patients en échange de services médicaux et de futures interventions chirurgicales.
Au cours de leurs missions, les volontaires organisent des stages de formation et de mise à niveau afin de garantir la continuité de l'assistance au Centre et de rendre progressivement indépendant le personnel sanitaire local.

 


PHASE 3: activités sanitaires de soin et de prévention


Depuis l'inauguration en 2014, l'activité sanitaire s'est développée avec le recrutement  d'un pédiatre local qui travaille à plein temps au Centre et au dispensaire, à la fois pour les enfants du district et pour les contrôles périodiques à tous les enfants de l'école voisine (maternelle, élémentaire et premier stade de secondaire).
Change Onlus a souhaité se doter de cette compétence pour garantir une véritable intervention d'éducation et de prévention aux couches les plus fragiles de la population, et entamer également une formation materno-infantile progressive, initialement limitée à la population d'Ampefy, mais avec l’objectif bien défini de l'étendre à tout le district .
Afin d’assurer la gestion et l'organisation fonctionnelle du personnel du Dispensaire et du Centre Sanitaire, Change Onlus a également décidé d'engager un médecin interniste dans le rôle de Directeur Sanitaire.

 

 

PHASE 4: activité sanitaire dans les villages


Depuis 2015, le Centre a également engagé de deux sages-femmes qui garantissent le service d'obstétrique à la fois pour la phase de gestion et de préparation à l’accouchement et pour garantir la possibilité d’accoucher 24 h / 24 h. Au mois de septembre 2015, trois accouchements ont eu lieu sans problèmes pendent la nuit, avec une prise en charge efficace des nouvelles mères.
Ainsi, la présence du médecin généraliste, du pédiatre et des sages-femmes a permis, à partir de septembre 2015, de démarrer une activité de visites dans les villages du district, ceux qui sont les plus défavorisés et éloignés du Centre Sanitaire.

 


Les objectifs sont les suivants

 

a) connaître la réalité et les besoins de la population et, en particulier, les besoins materno-infantiles de ces villages;

                                                           
b) identifier les premiers objectifs d'intervention, y compris et premièrement l'évaluation de l'état nutritionnel materno-infantile ;


c) intervenir avec des projets spécifiques et financés sur l'éducation et la prévention de la malnutrition. 
Depuis 2016, ces étapes ont constituées les activités dans les villages qui seront maintenues de façon routinière.


                                                         approfondissement                                                    

retour aux archives des nouvelles